Les ateliers Lu Ban, mécanisme de formation chinois, aident l’Afrique à se doter de grands talents locaux (REPORTAGE)

Il y a plus de deux mille ans, un grand artisan chinois nommé Lu Ban a inventé une série d’outils efficaces, cristallisant la sagesse des anciens travailleurs chinois.

Le temps passe et le monde change. Aujourd’hui, avec l’esprit et la sagesse d’artisans orientaux, les ateliers Lu Ban s’installent petit à petit en Afrique, pour y renforcer le développement de la formation professionnelle.

Faisant partie des « huit initiatives majeures » avancées en 2018, lors du sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), ils sont devenus des pionniers de la coopération sino-africaine en matière d’enseignement professionnel. Leur existence a consolidé les acquis de la coopération bilatérale et favorisé la formation de talents en Afrique.

FORMATION DES ENSEIGNANTS D’ABORD

« Les ateliers Lu Ban ont pour l’objectif de former systématiquement les enseignants des pays partenaires, pour qu’ils acquièrent d’abord les techniques professionnelles et comprennent les concepts professionnels chinois avancés.

Ils les transmettent à leur tour aux étudiants de leur prore pays et forment ainsi de jeunes talents dotés de compétences techniques qui sont nécessaires pour le développement socio-économique local », a déclaré Yang Yan, directeur adjoint du Centre de recherche et de promotion des ateliers Lu Ban à Tianjin.

Avec AP Xinhua

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :