Le secrétaire général de l’ONU salue les progrès des pourparlers sur les exportations de céréales ukrainiennes

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a salué mercredi ce qu’il a décrit comme des « progrès substantiels » dans les pourparlers visant à permettre l’exportation des produits alimentaires ukrainiens par la mer Noire.

« Aujourd’hui, à Istanbul, une étape cruciale a été franchie en vue d’assurer une exportation sûre des produits alimentaires ukrainiens par la mer Noire », a-t-il déclaré aux journalistes au siège de l’ONU à New York. « Dans un monde assombri par les crises globales, aujourd’hui, nous avons enfin vu une lueur d’espoir, l’espoir de pouvoir soulager les souffrances et la faim à travers le monde, l’espoir de soutenir les pays en développement et les personnes les plus vulnérables, l’espoir d’apporter une stabilité indispensable au système alimentaire mondial », a-t-il affirmé.

Des discussions plus techniques seront nécessaires pour concrétiser les progrès accomplis aujourd’hui, mais l’élan est là. L’objectif ultime de toutes les parties n’est pas seulement de parvenir à un accord entre la Russie et l’Ukraine, mais à un accord pour le monde entier, a-t-il déclaré.

Avec AP Xinhua

Poutine responsable de crimes de guerre, dit Trudeau à Kiev

Le président russe « Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre », a déclaré dimanche le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Kiev, après s’être rendu dans la ville voisine d’Irpin où l’Ukraine accuse la Russie d’un massacre de civils.

« Il est clair que Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre », a affirmé Justin Trudeau lors d’une conférence de presse commune avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Il devra rendre des comptes ».

Avec AFP

Poutine invité au G20: Washington refuse de faire « comme si de rien n’était »

Les États-Unis ont dit refuser de traiter avec Vladimir Poutine « comme si de rien n’était » après l’invasion russe de l’Ukraine, commentant l’invitation du président russe au sommet du G20 prévu en novembre, tout comme son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Les États-Unis continuent de penser que l’on ne peut pas faire comme si de rien n’était par rapport à la participation de la Russie au sein de la communauté internationale ou des institutions internationales », a déclaré à la presse la porte-parole adjointe du département d’Etat, Jalina Porter, qui n’a pas dit si les Etats-Unis participeraient ou non au sommet.

Avec AFP

Antonio Guterres est arrivé en Ukraine, sa première visite depuis le début du conflit

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé mercredi en Ukraine, sa première visite depuis le début de l’invasion russe le 24 février, a-t-il annoncé sur son compte Twitter mercredi.

« Je suis arrivé en Ukraine après m’être rendu à Moscou », a-t-il écrit, indiquant vouloir « poursuivre notre travail pour étendre le soutien humanitaire et assurer l’évacuation des civils des zones de combat ».

M. Guterres doit se rendre jeudi matin à Borodianka, Irpin et Boutcha, théâtres d’exactions pendant l’occupation russe en mars, avant de rencontrer le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Avec AFP

Poutine promet une riposte « rapide » en cas d’intervention extérieure

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde mercredi contre toute intervention extérieure dans le conflit en Ukraine, promettant qu’elle rencontrerait une riposte « rapide et foudroyante ».

« Si quelqu’un a l’intention de s’ingérer de l’extérieur dans ce qui se passe (en Ukraine, ndlr) et de créer des menaces inacceptables pour la Russie, ils doivent savoir que notre riposte (…) sera rapide et foudroyante », a déclaré M. Poutine devant le Parlement russe. Selon lui, la Russie n’hésitera pas à utiliser ses armes les plus modernes.

« Nous avons tous ces outils dont personne d’autre ne peut se vanter actuellement. Nous n’allons pas nous vanter: nous allons les utiliser s’il le faut. Et j’aimerais que tout le monde le sache », a souligné le président russe. « Toutes les décisions là-dessus ont été déjà prises », a-t-il ajouté.

Avec AP Xinhua

Occupation de Tchernobyl : Zelensky accuse Moscou d’avoir mis le monde « au bord de la catastrophe »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé mardi la Russie d’avoir placé le monde « au bord de la catastrophe » par son occupation, au début de son invasion de l’Ukraine, de la centrale de Tchernobyl, théâtre du pire accident nucléaire de l’histoire.

« Le monde était à nouveau au bord de la catastrophe, car pour l’armée russe, la zone et la centrale de Tchernobyl étaient comme un territoire normal pour la conduite des opérations militaires », a dit M. Zelensky lors d’une conférence de presse commune à Kiev avec le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi.

Avec AFP

Poutine n’est pas « sérieux » dans ses intentions de négocier avec l’Ukraine, selon Blinken

Le président russe Vladimir Poutine n’a pas démontré de « sérieux » dans ses intentions de négocier avec l’Ukraine pour mettre fin au conflit, a estimé mardi le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

« Nous n’avons pas vu de signe jusqu’ici que le président Poutine est sérieux à propos de négociations significatives », a déclaré M. Blinken devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain.

Avec AFP

À Moscou, Guterres plaide pour un cessez-le-feu « dans les plus brefs délais »

Le chef des Nations unies Antonio Guterres a plaidé mardi, lors d’un déplacement à Moscou, pour un cessez-le-feu en Ukraine « dans les plus brefs délais ».

« Ce qui nous intéresse beaucoup, c’est de trouver les moyens de créer les conditions pour un dialogue efficace, créer les conditions pour un cessez-le-feu dans les plus brefs délais », a déclaré M. Guterres avant des discussions avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Avec AFP

Washington affirme que Kiev « peut gagner » la guerre « avec les bons équipements »

L’Ukraine peut, si elle a les «bons équipements », « gagner » la guerre contre la Russie, a affirmé lundi le chef du Pentagone au retour d’une visite à Kiev, tandis que l’armée russe continuait ses frappes, notamment sur des installations ferroviaires dans le centre-ouest du pays.

« La première chose pour gagner, c’est de croire que l’on peut gagner. Et ils (les Ukrainiens) sont convaincus qu’ils peuvent gagner », a dit Lloyd Austin. « Ils peuvent gagner s’ils ont les bons équipements, le bon soutien », a-t-il ajouté, au lendemain d’une visite à Kiev avec le secrétaire d’Etat Antony Blinken, la première de ministres américains depuis le début du conflit le 24 février.

« Nous voulons voir la Russie affaiblie à un degré tel qu’elle ne puisse plus faire le même genre de choses que l’invasion de l’Ukraine », a encore déclaré M. Austin, après avoir rencontré dimanche, avec M. Blinken, le président Volodymyr Zelensky.

Avec AFP

Zelensky appelle le monde à « se préparer » à une possible attaque nucléaire russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé samedi le monde à « se préparer » pour l’éventuelle utilisation par la Russie de ses armes nucléaires, lors d’un entretien avec plusieurs médias ukrainiens.

« Nous ne devrions pas attendre le moment où la Russie décidera d’utiliser ses armes nucléaires. Nous devons nous préparer pour cela », a-t-il déclaré au cours de cette interview retransmise par six sites d’information ukrainiens, ainsi que par la présidence ukrainienne sur Telegram.

Il faut « des médicaments (contre les radiations), des abris antiaériens », a-t-il affirmé. « Il faut leur parler, signer des traités, sévir économiquement. (Les Russes) peuvent utiliser n’importe quelle arme, j’en suis convaincu. »

Avec AFP

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :