L’OMS et 47 pays d’Afrique débattent de la santé sur le continent à Lomé

La 72e session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique s’est ouverte lundi à Lomé en présence des ministres de la Santé de 47 pays et de 400 délégués pour définir la politique sanitaire du continent et faire le point sur les besoins spécifiques de l’Afrique en matière de santé.

Les participants discuteront jusqu’à vendredi de financement et d’équipement de ce secteur, d’assurance maladie universelle, de vaccination, de qualité des soins et de lutte contre les épidémies.

Au cours de cette rencontre, le Togo partagera avec les autres pays son modèle national de partenariat public-privé en matière de gouvernance des structures sanitaires, ses programmes d’amélioration de l’offre des soins de santé, l’instauration de l’assurance maladie universelle et la mise en place des structures de soins spécialisées.

Avec AP Xinhua

L’Afrique face à la montée des maladies transmises à l’homme par les animaux (OMS)

L’Afrique est confrontée à un risque croissant d’épidémies causées par des agents pathogènes zoonotiques, tels que le virus de la variole du singe, a averti jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), notant une augmentation de 63% du nombre d’épidémies zoonotiques dans la région au cours de la décennie 2012-2022 par rapport à la période 2001-2011.

Selon un communiqué du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique citant une nouvelle étude de l’OMS, la région africaine a signalé, depuis 2001, 1.843 événements de santé publique avérés, dont 30% sont dus aux épidémies de zoonoses, en particulier la maladie à virus Ebola, la dengue, l’anthrax, la peste et la variole du singe.

Avec la récente montée de l’épidémie de variole du singe, au 8 juillet, la région africaine a signalé cette année 2.087 cas cumulés, dont 203 cas confirmés.

La croissance démographique sur le continent africain, l’urbanisation croissante et l’empiètement sur les habitats de la faune sauvage augmentent la propagation d’épidémies de maladies zoonotiques depuis des zones reculées, a mis en garde l’OMS.

Avec AP Xinhua

Douze pays africains signalent 1.782 cas de variole du singe (CDC Afrique)

Douze pays africains ont jusqu’à présent signalé 1.782 cas de variole du singe, a révélé le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique).

Sur les 1.782 cas de variole du singe signalés en Afrique, il y avait 1.678 cas suspects et 104 cas confirmés, a déclaré jeudi Ahmed Ogwell, directeur par intérim du CDC Afrique, lors d’un point de presse hebdomadaire.

Il a déclaré que les cas avaient été signalés à la fois dans des pays endémiques et non endémiques de la variole du singe, soulignant que le Bénin, le Maroc et l’Afrique du Sud étaient les membres non endémiques de l’Union africaine (UA) signalant des cas confirmés de la maladie.

« Malheureusement, 73 décès ont été signalés sur le continent à la suite de l’épidémie de variole du singe, ce qui porte le taux de létalité de la maladie à 4,1% », a déclaré le directeur par intérim.

Avec AP Xinhua

Bénin : plusieurs villes du nord-est du pays en proie à une épidémie de choléra

Une épidémie de choléra sévit actuellement dans plusieurs villes du nord-est du Bénin, notamment Parakou, Tchaourou, N’Dali, Pèrèrè et Nikki, où 13 cas ont été confirmés sur 1.300 cas suspects enregistrés, révèle le rapport de situation sur le choléra dans le département du Borgou.

Aucun cas de décès lié à cette épidémie n’a été signalé dans ces villes, précise le rapport.

Pour faire face à cette épidémie, une série d’interventions visant à sensibiliser la population à la maladie, à promouvoir de l’hygiène individuelle et collective ainsi qu’à renforcer la surveillance épidémiologique et la capacité des laboratoires se poursuivent dans les communes affectées, selon la même source.

Avec AP Xinhua

Nigeria : 21 cas de variole du singe confirmés

Le Nigeria a signalé 21 cas confirmés de variole du singe dans neuf Etats et un décès depuis janvier 2022, a déclaré dimanche le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC).

Selon un rapport publié par le centre, le patient décédé était âgé de 40 ans, souffrait de comorbidités sous-jacentes et recevait un traitement immunosuppresseur.

Le NCDC a mis en service un centre national multisectoriel d’opérations d’urgence pour la variole du singe afin de renforcer et de coordonner les activités de réponse en cours dans le pays tout en contribuant à la réponse mondiale.

Le centre a exhorté les Nigérians à rester conscients du risque de variole du singe, à respecter les mesures de sécurité en matière de santé publique et à se rendre dans le centre de santé le plus proche s’ils remarquent les signes et symptômes connus de la maladie.

Avec AP Xinhua

Le Nigeria prend des mesures pour éviter une propagation possible de la variole du singe

Le gouvernement nigérian a formé vendredi une commission interministérielle en vue de prévenir une possible propagation de la variole du singe dans le pays.

Aucun cas de variole du singe n’a été enregistré au Nigeria jusqu’à présent, a observé Mohammad Abubakar, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, lors d’une conférence de presse vendredi à Abuja, la capitale du pays.

M. Abubakar a indiqué que son ministère, par le biais des services concernés, travaillait assidûment, en collaboration avec les parties prenantes, pour sensibiliser le public sur le virus de la variole du singe, afin de contenir celui-ci de manière anticipée.

Le ministère contribue également à la sensibilisation des milieux de la chasse et de la population en général, a-t-il indiqué.

Avec AP Xinhua

Le CDC Afrique met en garde contre la possible émergence d’un nouveau variant de la Covid-19

Il est possible qu’un nouveau variant de la Covid-19 émerge en Afrique dans un avenir prévisible, a averti Ahmed Ogwell, directeur par intérim du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), l’agence de santé spécialisée de l’Union africaine.

« L’augmentation est un signe clair qu’il y a une forte possibilité qu’un nouveau variant, plus transmissible, apparaisse », a-t-il déclaré jeudi lors d’un point de presse hebdomadaire.

Selon les chiffres du CDC Afrique, le continent africain a connu une augmentation moyenne de 36 % des nouveaux cas de Covid-19 au cours des quatre dernières semaines, les régions du centre et de l’est du continent signalant une augmentation de 113 et 54 % respectivement des nouveaux cas de Covid-19.

Avec AP Xinhua

Le Mozambique : urgence de santé publique après le premier cas de poliovirus sauvage depuis 30 ans

Le ministère de la Santé du Mozambique a déclaré une situation d’urgence sanitaire dans le pays après avoir confirmé qu’un enfant de la province de Tete, dans le nord du pays, avait contracté le poliovirus sauvage de type 1 (PVS1).

L’identification de ce cas résulte de la surveillance active de la paralysie flasque aiguë pendant la campagne de vaccination de masse contre la polio qui a débuté fin mars. Il s’agit du premier cas de PVS1 dans le pays depuis près de 30 ans, selon un communiqué publié par le ministère mercredi soir.

Avec AP Xinhua

La Zambie renforce sa surveillance face à la menace d’une cinquième vague de Covid-19

La Zambie a déclaré lundi qu’elle avait renforcé ses mesures de surveillance pour parer à une éventuelle cinquième vague de Covid-19, qui pourrait coïncider avec l’arrivée de la saison froide dans le pays.

Lackson Kasonka, secrétaire permanent en charge des services techniques du ministère de la Santé, a déclaré qu’une cinquième vague était imminente, et constituait une menace pour la sécurité sanitaire du pays, notamment compte tenu de la recrudescence des cas enregistrée dans certains pays de la région.

Il a indiqué que le ministère avait renforcé ses efforts de collecte de données, de recherche des cas contacts et de détection et de gestion rapide des cas, ainsi que diverses autres mesures de réponse.

Avec AP Xinhua

L’OMS débloque plus de 8 millions de dollars pour l’action humanitaire au Sahel

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a débloqué 8,3 millions de dollars de son fonds de réserve pour les urgences pour venir en aide à 10,6 millions de personnes qui ont besoin de services de santé d’urgence dans la région du Sahel, a annoncé le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique dans un communiqué publié vendredi.

Ces fonds permettront de fournir des services de santé essentiels à la fois aux populations vivant dans des camps et sites de déplacés ainsi qu’aux personnes touchées par des épidémies dans six pays de la région, où 3,2 millions de personnes sont confrontées aux effets dévastateurs des conflits armés, de l’insécurité, de l’insécurité alimentaire et des déplacements de populations, peut-on lire dans le document.

« Les conflits armés et les conséquences de plus en plus graves du changement climatique font subir de terribles souffrances à des millions d’enfants, de femmes, de familles et même à des communautés entières dans la région du Sahel. Nous sommes déterminés à fournir une importante assistance sanitaire aux populations touchées et à œuvrer pour atténuer les profondes privations qu’elles subissent », a indiqué Abdou Salam Gueye, directeur pour les urgences sanitaires au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :