Côte d’Ivoire : lancement d’un vaste projet de renforcement de la sécurité alimentaire

Le gouvernement ivoirien a lancé mercredi un vaste projet visant à renforcer la sécurité alimentaire par la valorisation des potentialités agricoles, l’augmentation des taux de transformation industrielle des produits agricoles, l’amélioration du revenu des producteurs et la création d’emplois.

Dans le nord du pays, le projet dit Pôle agro-industriel ou Agropole Nord, d’un coût de 167 milliards de francs CFA (257 millions de dollars) a ainsi officiellement été lancé par le Premier ministre Patrick Achi à Sinématiali (590km d’Abidjan).

Le projet, dont les travaux dureront quatre ans, va cibler les filières mangue, oignon, anacarde, karité, riz, maïs, maraîchers, viande et aquaculture. Il prévoit la création de 300 PME, des programmes d’incubation de 1.000 jeunes qui devraient permettre de toucher directement plus de 400.000 autres et plus de 1,2 million d’Ivoiriens indirectement.

Concrètement, Agropole Nord comprend notamment l’aménagement d’un agro-parc de 100 hectares, la création d’une unité de transformation et de conditionnement de la mangue, ainsi que la réhabilitation de six barrages hydro-agricoles et de 55 étangs piscicoles.

Avec AP Xinhua

Le secrétaire général de l’ONU salue les progrès des pourparlers sur les exportations de céréales ukrainiennes

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a salué mercredi ce qu’il a décrit comme des « progrès substantiels » dans les pourparlers visant à permettre l’exportation des produits alimentaires ukrainiens par la mer Noire.

« Aujourd’hui, à Istanbul, une étape cruciale a été franchie en vue d’assurer une exportation sûre des produits alimentaires ukrainiens par la mer Noire », a-t-il déclaré aux journalistes au siège de l’ONU à New York. « Dans un monde assombri par les crises globales, aujourd’hui, nous avons enfin vu une lueur d’espoir, l’espoir de pouvoir soulager les souffrances et la faim à travers le monde, l’espoir de soutenir les pays en développement et les personnes les plus vulnérables, l’espoir d’apporter une stabilité indispensable au système alimentaire mondial », a-t-il affirmé.

Des discussions plus techniques seront nécessaires pour concrétiser les progrès accomplis aujourd’hui, mais l’élan est là. L’objectif ultime de toutes les parties n’est pas seulement de parvenir à un accord entre la Russie et l’Ukraine, mais à un accord pour le monde entier, a-t-il déclaré.

Avec AP Xinhua

Guinée : le gouvernement de transition double le budget de l’agriculture pour faire face à la crise ukrainienne

Pour faire face à une éventuelle crise alimentaire due au conflit entre la Russie et l’Ukraine, le gouvernement guinéen de transition a décidé de doubler le budget consacré au développement et à la productivité du secteur agricole pour l’exercice 2022, a annoncé mercredi le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Mamoudou Nagnalen Barry.

Ce budget va ainsi passer de 2% du budget national de développement (BND) de l’Etat à plus de 4,6%, a-t-il précisé.

Le fonds de développement agricole dont le budget était de 150 milliards de francs guinéens sur trois ans (environ 17,3 millions de dollars) va passer cette année à 200 milliards de GNF (23 millions de dollars).

M. Barry a indiqué que le gouvernement de transition avait également mis plus de 100 machines agricoles (tracteurs motorisés) à la disposition des agriculteurs et des paysans à travers le pays. Les producteurs dans les zones rurales ont été aussi dotés d’engrais et d’herbicides afin de rentabiliser davantage les cultures et d’augmenter leur plus-value.

Avec AP Xinhua

Somalie : l’ONU avertit contre un risque accru de famine

Une grave sécheresse expose certaines régions du centre et du sud de la Somalie à un risque accru de famine alors que l’insécurité alimentaire aiguë, la malnutrition et la mortalité s’aggravent, ont averti samedi les Nations unies et le gouvernement somalien.

Selon la classification de phase intégrée de la sécurité alimentaire publiée conjointement par le gouvernement somalien, les agences d’aide et les experts en sécurité alimentaire, la situation s’aggravera jusqu’en septembre au moins si la production agricole et animale de la saison du Gu actuelle (fin mars à juin) se révèle insuffisante, si les prix des denrées alimentaires continuent à augmenter fortement et si l’aide humanitaire n’est pas renforcée pour atteindre ceux qui en ont le plus besoin.

Les agences ont averti que la situation dans la région de Bay est particulièrement préoccupante car le seuil de malnutrition aiguë de niveau famine a été dépassé dans le district de Baidoa.

Avec AP Xinhua

Sénégal : le gouvernement encourage le consommer local dans un contexte économique mondial difficile

Le gouvernement sénégalais encourage le consommer local, une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire du pays dans un contexte économique mondial difficile, aggravé par le conflit en Ukraine, a déclaré samedi à Dakar la ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises (PME), Aminata Assome Diatta.

 »Le président de la République ne cesse de dire qu’il faut toujours consommer ce qu’on produit et produire ce qu’on consommait, car avec les différentes crises internationales, cette méthode reste la seule solution de nos jours », a insisté Mme Diatta, qui présidait l’ouverture des Assises de l’Economie initiées par l’Union nationale des commerçants, opérateurs et investisseurs du Sénégal (UNACOIS/Yessal).

La dépendance de l’extérieur peut avoir de graves conséquences sur un pays et sa population, a-t-elle fait remarquer.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : un plan de riposte et d’assistance alimentaire estimé à 237 milliards de francs CFA en 2022

Le gouvernement burkinabè a adopté mercredi, un plan de riposte et d’assistance alimentaire d’un coût global de 237 milliards de francs CFA (environ 376.489.265 dollars), qui sera financé par l’Etat burkinabè, les partenaires techniques et financiers et les collectivités, a annoncé le porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo.

Selon M. Bilgo, qui s’est exprimé sur la question à l’issue du conseil des ministres, ce plan de riposte et d’assistance alimentaire est une réponse urgente à la crise alimentaire et à la malnutrition.

Les bénéficiaires sont entre autres, les personnes vulnérables, des personnes déplacées internes et des ménages hôtes.

Le plan de riposte apportera également des soutiens à la production agricole et animale et à la prévention et la prise en charge des enfants de moins de cinq ans malnutries ainsi que les femmes enceintes et allaitantes malnutries.

Avec AP Xinhua

L’ONU met en garde contre la progression de l’insécurité alimentaire en Afrique de l’Est

Le nombre de personnes confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et à des pénuries d’eau graves en Afrique de l’Est pourrait monter jusqu’à 20 million, ont mis en garde mercredi les Nations Unies.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), plus de 15 millions de personnes sont déjà confrontées à des crises alimentaires en Ethiopie, au Kenya et en Somalie.

« Dans ces trois pays, près de 5,7 millions d’enfants souffrent de malnutrition aigüe, tandis que plus de 3 millions de têtes de bétail – dont les familles d’éleveurs dépendent pour leur alimentation et leur revenu – sont décédées », a déclaré l’OCHA dans un communiqué publié à Nairobi, capitale du Kenya.

Avec AP Xinhua

Le président malgache promet de présenter d’ici un mois ses plans pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

Le président malgache Andry Rajoelina a promis mercredi la publication avant le 26 juin, jour de l’indépendance de Madagascar, « des plans et des stratégies » qui permettront que le pays atteigne l’autosuffisance alimentaire.

Cette promesse a été faite lors de l’inauguration d’un nouveau laboratoire au Centre national de recherche appliquée au développement rural. Il a dit à cette occasion qu’il était « convaincu d’atteindre ces objectifs en traduisant en actions les conclusions des chercheurs malgaches ».

M. Rajoelina a évoqué la nécessité d’accompagner les chercheurs et experts malgaches, ainsi que de doter les laboratoires d’équipements modernes afin d’améliorer la qualité des semences pour augmenter le rendement du riz et des cultures vivrières.

Avec AP Xinhua

Le Nigeria souligne la nécessité pour l’Afrique d’atteindre l’autosuffisance en matière de production alimentaire

Le vice-président du Nigeria Yemi Osinbajo a déclaré lundi que l’Afrique devait atteindre l’autosuffisance en matière de production alimentaire.

Lançant cet appel lors d’une conférence des présidents et des chefs des parlements africains qui s’est déroulée dans la capitale nigériane Abuja, il a mis l’Afrique au défi de produire ce qu’elle mange et de réduire sa dépendance vis-à-vis des pays extérieurs.

M. Osinbajo a également rappelé que la pandémie de Covid-19 a provoqué l’insécurité alimentaire en Afrique, tout en soulignant la nécessité pour les pays africains de renforcer leur collaboration dans la gestion des problèmes, notamment la réalisation de l’autosuffisance dans le domaine de la production alimentaire.

Avec AP Xinhua

Von der Leyen alerte sur la sécurité alimentaire du monde

« La guerre provoquée par le Kremlin menace la sécurité alimentaire dans le monde », alerte la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

« L’Ukraine est le grenier du monde, fournissant plus de la moitié de l’approvisionnement en blé du Programme alimentaire mondial », s’émeut-elle.

C’est pour cette raison que l’Union européenne, « le plus grand donataire humanitaire au monde », a décidé d’augmenter son soutien de « 2,5 milliards d’euros jusqu’en 2024 ».

Avec AFP

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :