Burkina Faso : 15 militaires tués dans une double attaque dans le centre-nord du pays

Quinze soldats burkinabè ont été tués mardi dans une double attaque à l’engin explosif improvisé dans le centre-nord du pays lors d’une mission d’escorte conduite par une unité militaire, a annoncé l’armée dans un communiqué.

Selon le communiqué, un des véhicules du convoi transportant des combattants a sauté sur un engin explosif à hauteur de la localité de Namsiguia (province du Bam, région du Centre-Nord).

Alors que s’organisaient les opérations de secours et de sécurisation, un deuxième engin a manifestement été activé à distance, causant de nombreuses victimes, selon la même source.

« Le bilan des deux incidents fait état de 15 militaires tombés et d’un blessé », précise le communiqué qui évoque également des dégâts matériels.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : au moins quatre personnes tuées dans une attaque

Au moins quatre civils ont été tués dimanche matin dans une attaque menée par des inconnus armés contre la commune de Barsalogho, située dans la province du Sanmatenga dans la région burkinabè du Centre-Nord, a appris Xinhua de sources sécuritaires locales.

« Des individus armés non identifiés ont attaqué très tôt ce dimanche matin la commune de Barsalogho, tuant quatre civils. Dans la riposte, les forces de défense et de sécurité ont enregistré des blessés », a déclaré sous couvert d’anonymat une source sécuritaire locale.

Des médias locaux ont confirmé cette attaque qui s’est déroulée à 45 kilomètres de Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord.

La radio privée Radio Oméga a précisé que c’est aux environs de 4h du matin que les terroristes ont attaqué les populations et le détachement militaire de Barsalogho.

Avec AP Xinhua

Cameroun : trois membres d’une famille tués dans une attaque de Boko Haram à l’Extrême-Nord

Un chef du village camerounais, son fils et son petit-fils ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi à la suite d’une incursion attribuée à la secte islamiste Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord, a-t-on appris de sources sécuritaires et locales.

L’attaque a été perpétrée autour de 02H00 heure locale (01H00 GMT) à Kinguerwa, une localité dans le département du Mayo-Sava de la région de l’Extrême-Nord, tuant les trois membres d’une même famille, selon une source locale.

Cette agression a porté à trois le nombre d’attaques enregistrées depuis le 2 juillet dans cette région limitrophe du Nigeria, lesquelles ont fait un total de quatre victimes mortelles, a indiqué un sous-officier sous le couvert de l’anonymat,

Avec AP Xinhua

Nigeria : la garde rapprochée du président Buhari attaquée, deux blessés

Deux personnes dans un convoi de voitures transportant la garde rapprochée du président nigérian Muhammadu Buhari ont été blessées mardi lors d’une embuscade tendue par des hommes armés dans le nord du pays, a annoncé mardi soir la présidence.

L’attaque, qui s’est produite près de Dustinma, une ville de l’Etat de Katsina, a visé ce convoi composé d’agents de sécurité, de responsables du protocole et d’attachés de presse venus préparer le déplacement de M. Buhari dans sa maison de campagne à Daura pour la fête de l’Aïd-el-Kébir prévue dimanche, a précisé le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, dans un communiqué.

« Deux personnes dans le convoi reçoivent des soins pour les blessures mineures qu’elles ont subies. Tous les autres membres du personnel et les véhicules sont arrivés sains et saufs à Daura », a-t-il déclaré.

Avec AP Xinhua

Le chef de la Commission de l’UA condamne le massacre de 132 civils au Mali

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a condamné mardi le récent massacre de 132 civils dans le centre du Mali.

Le gouvernement malien a indiqué lundi soir qu’ils avaient été tués dans la nuit de samedi à dimanche à Diallassagou, Dianweli et Deguessagou, trois villages de l’arrondissement rural de Bankass.

Se disant « profondément choqué et attristé » par ce massacre qu’il condamne de toutes ses forces, M. Faki a souhaité que les auteurs de cette « innommable tragédie » soient recherchés et traduits en justice.

Avec AP Xinhua

RDC : nouvelles attaques par le M23 contre les casques bleus de l’ONU (MONUSCO)

Au moins six tirs de mortiers ont été lancés dimanche par des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) contre des positions de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), dans la région de Shangi, de la province du Nord-Kivu (nord-est), a fait savoir dimanche soir la MONUSCO.

Via le compte Twitter de la MONUSCO, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, Bintou Keita, « condamne sans réserve ces nouvelles attaques ciblées du M23 », notant que viser des casques bleus de l’ONU « peut constituer un crime de guerre au regard du droit international ».

Avec AP Xinhua

L’Union africaine condamne l’attaque terroriste de Seytenga au Burkina Faso

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a condamné mardi soir l’attaque terroriste meurtrière dans le nord du Burkina Faso.

Il a fermement condamné dans un tweet l’attaque « inqualifiable et ignoble » de Seytenga et a présenté ses condoléances aux familles endeuillées, aux autorités et au peuple du Burkina Faso.

Le gouvernement burkinabè a indiqué mardi que le bilan de cette attaque menée par des inconnus armés le week-end dernier était passé de 50 à 79 morts. Un deuil national de 72 heures a été décrété de mardi à jeudi dans le pays.

Avec AP Xinhua

Togo : mise en place de l’état d’urgence sécuritaire dans le nord du pays après une attaque djihadiste

Le conseil des ministres a adopté lundi un projet de décret instaurant l’état d’urgence sécuritaire dans la région des Savanes, dans l’extrême nord du Togo, et ce, après une attaque djihadiste en mai dernier.

« Dans le but de créer un environnement et les conditions propices aux mesures administratives et opérationnelles nécessaires à la bonne conduite des opérations militaires, au maintien de l’ordre et de la sécurité dans cette région, le gouvernement a pris le présent décret », selon un communiqué du conseil des ministres.

Le décret « renforcera la célérité de la prise des décisions et facilitera une meilleure agilité des services publics et des forces de défense et de sécurité », ont expliqué les autorités togolaises.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : onze gendarmes tués dans une attaque dans le Sahel

Onze gendarmes ont été tués dans une attaque perpétrée jeudi soir par des inconnus armés dans la région du Sahel burkinabè, a annoncé vendredi l’armée dans un communiqué.

Selon le communiqué, les gendarmes en poste de la Brigade territoriale de gendarmerie ont vaillamment riposté à l’attaque malgré le nombre particulièrement important des assaillants.

« Au regard de la brutalité de l’attaque, les soldats ont fait preuve d’une admirable combativité, neutralisant plusieurs terroristes », a écrit l’armée burkinabè qui a confirmé avoir perdu onze gendarmes au cours des combats.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : cinq soldats tués et une quarantaine de terroristes « neutralisés » dans deux attaques

Cinq membres des forces de défense et de sécurité dont un militaire et quatre gendarmes ont été tués et une quarantaine de terroristes « neutralisés » jeudi au cours de deux attaques contre un détachement de gendarmerie et une mine d’or, a annoncé l’armée burkinabè dans un communiqué.

La première attaque a eu lieu au petit matin contre le Groupe d’action rapide de surveillance et d’intervention (GARSI) de Barani basé dans la province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun (nord-ouest).

« Une vingtaine de terroristes ont été abattus tandis que trois autres ont été capturés. Au cours des combats, quatre gendarmes ont malheureusement été mortellement atteints », a indiqué l’état-major général des Armées dans un communiqué.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :