Le président burkinabè effectue une visite de travail à Abidjan

Le président du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, effectue ce lundi une visite d’amitié et de travail à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a annoncé la présidence burkinabè dans un communiqué.

Cette visite permettra à M. Damiba et à son homologue Alassane Ouattara d’échanger sur les questions sécuritaires dans la sous-région et d’affiner la coopération militaire entre leurs deux pays pour une lutte efficace contre le terrorisme, selon la même source.

Le communiqué précise que bien d’autres domaines de coopération et des sujets d’intérêt commun aux deux pays seront également au menu des échanges entre le chef de l’Etat et les autorités ivoiriennes.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : 28 terroristes neutralisés dans l’Est et le Sahel (Armée)

L’armée burkinabè a affirmé lundi avoir neutralisé 28 terroristes dans une série d’opérations contre des groupes terroristes dans les régions de l’Est et du Sahel au Burkina Faso.

Dimanche dernier, les Forces spéciales, appuyées par l’Armée de l’air, ont lancé un assaut sur une importante base terroriste située près de la localité de Soam, dans la province du Gourma (est). La base a été complètement détruite et au moins dix terroristes ont été neutralisés, selon l’armée.

Toujours selon l’armée, le même jour, le détachement militaire de Sebba a conduit une contre-offensive près de la localité de Helga, dans la province du Yagha, au Sahel.

« Au cours de l’opération qui a permis de démanteler deux bases et un plot logistique terroriste, les unités ont été accrochées par des terroristes à plusieurs reprises. Des combats au cours desquels un de nos soldat a malheureusement perdu la vie », a expliqué l’armée, qui a précisé qu' »au moins 18 terroristes avaient été abattus ».

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : deux grands groupes terroristes opèrent dans le pays, selon le Premier ministre

Le Premier ministre burkinabè Albert Ouédraogo a déclaré mardi soir que deux grands groupes terroristes opéraient dans le pays, l’un au Sahel et l’autre plus à l’intérieur.

« Nous savons très bien qui nous attaque », a-t-il dit à la chaîne publique RTB, en parlant de « deux grands groupes qui nous attaquent », sans donner de nom. « Il y a un groupe qui est très actif dans le Sahel et un autre qui est actif un peu à l’intérieur du pays, donc au Sahel, au Nord, au Centre-Nord, à l’Est, dans les Cascades, dans le Centre-Sud, etc. ».

M. Ouédraogo a expliqué qu’au début de la menace terroriste, les groupes étaient constitués essentiellement d’étrangers, mais aujourd’hui « nous savons que pour la plupart, ce sont des Burkinabè », même si très peu d’attaques sont revendiquées sur place, a-t-il noté.

Selon le chef du gouvernement, la lutte antiterroriste repose sur « deux piliers essentiels ». Le premier repose sur l’action militaire, « mais nous savons très bien que l’action militaire a ses limites », a-t-il dit expliquant que « la balle du militaire tue le terroriste, mais ça ne tue pas le terrorisme ».

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : le couvre-feu prolongé de 45 jours dans le Sahel

Le gouverneur de la région du Sahel au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Rodolphe Sorgho a annoncé, mardi dans un communiqué, la prolongation du couvre-feu de 45 jours sur toute l’étendue de la région afin de faciliter la lutte contre le terrorisme.

Pour les communes de Bani, Falangountou, Sampelga, Seytenga, Gorom-Gorom, Markoye et Sebba, le couvre-feu commence à 22h00 et prend fin à 04h00 et de 00h00 à 04h00 pour la ville de Djibo.

Pour le reste du territoire régional, excepté le chef-lieu de la région Dori, le couvre-feu est en vigueur de 19h00 à 05h00.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : le gouvernement annonce un « vaste plan d’équipement » de l’armée

Le ministre burkinabè en charge de la Défense nationale, le général de brigade Aimé Barthélémy Simporé a déclaré vendredi à Ouagadougou, qu’un « vaste plan d’équipement » était en cours de même que la création de nouvelles unités militaires, afin d’intensifier la lutte contre le terrorisme.

S’exprimant lors d’une conférence de presse sur la situation sécuritaire du pays, M. Simporé a souligné que des actions de renforcement des capacités de l’armée étaient en cours.

En ce qui concerne les équipements militaires, il a expliqué : « Il y a un vaste plan d’équipement. Nous avons fait un travail d’évaluation. Nous avons un plan où l’ensemble des besoins capacitaires a été soumis au gouvernement. Beaucoup de commandes ont été faites et qui sont en cours d’acheminement. Bientôt ces équipements vont arriver. C’est un plan ambitieux ».

Le ministre de la Défense a également annoncé une réorganisation des unités de l’armée sur le terrain, afin de créer davantage de synergie d’action.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : 15 militaires tués dans une double attaque dans le centre-nord du pays

Quinze soldats burkinabè ont été tués mardi dans une double attaque à l’engin explosif improvisé dans le centre-nord du pays lors d’une mission d’escorte conduite par une unité militaire, a annoncé l’armée dans un communiqué.

Selon le communiqué, un des véhicules du convoi transportant des combattants a sauté sur un engin explosif à hauteur de la localité de Namsiguia (province du Bam, région du Centre-Nord).

Alors que s’organisaient les opérations de secours et de sécurisation, un deuxième engin a manifestement été activé à distance, causant de nombreuses victimes, selon la même source.

« Le bilan des deux incidents fait état de 15 militaires tombés et d’un blessé », précise le communiqué qui évoque également des dégâts matériels.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : commémoration du 62e anniversaire de l’indépendance

Le Burkina Faso, ancienne colonie française, commémore ce vendredi le 62e anniversaire de son indépendance, dans un contexte marqué par l’insécurité.

Dans un message publié jeudi soir, le président de la transition burkinabée, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a appelé ses compatriotes à s’unir dans un contexte de lutte contre le terrorisme.

« Au moment où notre pays s’apprête à commémorer le 62e anniversaire de son accession à l’indépendance, mes pensées les plus profondes vont vers ceux qui luttent nuit et jour pour préserver ce legs âprement conquis par nos prédécesseurs », a-t-il écrit.

« J’ai une pensée particulière pour ceux d’entre eux qui ont perdu la vie dans ce noble combat, ainsi que pour ceux qui, dans leur chair et dans leur être, sont marqués à vie », a ajouté M. Damiba qui a adressé ses encouragements aux déplacés internes victimes de la crise sécuritaire que vit le pays.

Avec AP Xinhua

L’ONU finance un projet pour prévenir les conflits à la frontière Côte d’Ivoire-Burkina Faso

Les populations à la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso vont bénéficier d’un projet financé par l’ONU pour renforcer la gouvernance et prévenir les conflits dans cette région menacée par les djihadistes.

Le projet a été officiellement lancé par les autorités ivoiriennes et burkinabè mercredi à Laléraba, un village du nord de la Côte d’Ivoire, frontalier avec le Burkina Faso.

D’un montant global de 2,6 milliards de francs CFA (3,6 millions d’euros) et prévu pour s’achever en décembre 2023, le projet transfrontalier va profiter à plus de 20.000 personnes de 18 villages des régions des Cascades (sud-ouest du Burkina Faso) et du Tchologo et du Boukani (nord et nord-est ivoirien), selon un communiqué de l’ONU.

« Outre le renforcement de la cohésion sociale entre les communautés le long de la frontière, puis entre ces communautés et les forces de défense et de sécurité, le projet a également pour objectif d’améliorer les services », indique le communiqué qui relève que dans ces régions l’accès aux services sociaux de base, tels que l’éducation, l’eau, la santé et les services de protection sociale, reste un défi majeur.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : deux militaires tués dans une attaque dans le Sahel

Deux militaires burkinabè ont été tués lundi matin dans une attaque contre le détachement militaire de Kelbo situé dans la province du Soum dans le Sahel burkinabè, a annoncé l’armée dans un communiqué.

Le détachement a essuyé des tirs d’obus suivis d’une tentative d’incursion lundi matin, a expliqué l’armée burkinabè dans le communiqué, précisant que « la riposte vigoureuse » des éléments du détachement avait mis en déroute les assaillants qui auraient subi de « nombreuses pertes ».

Les opérations de ratissage en cours permettront d’établir un bilan ennemi précis, selon la même source, qui déplore le décès de deux militaires au cours des combats et de neuf blessés qui ont été évacués et pris en charge par les services de santé.

Avec AP Xinhua

Le Burkina Faso enquête sur l’existence supposée d’une piste d’atterrissage clandestine dans le nord du pays

Le gouvernement burkinabè a ouvert une enquête pour déterminer la véracité de l’existence supposée d’une piste d’atterrissage clandestine dans le nord du pays et qui desservirait les groupes armés terroristes, a annoncé mercredi soir le porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo.

M. Bilgo, qui s’exprimait à l’issue du Conseil des ministres, a expliqué que dès la réception de l’information, celle-ci a été immédiatement transmise au Commandement des Opérations du théâtre national (COTN) qui a engagé des investigations.

Depuis quelques jours, les médias locaux burkinabè font cas de l’existence d’une piste d’atterrissage secrète dans le nord du pays où les groupes armés terroristes sont actifs.

« J’avais déjà reçu les données bien avant la publication de cette information de la part d’une source confidentielle. Je l’avais également partagée avec les ministères en charge de la défense et de la sécurité », a précisé le porte-parole du gouvernement qui a rappelé que l’armée burkinabè disposait également de certaines informations sur ce sujet.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :