Guinée : le médiateur de la CEDEAO boucle sa mission sur une lueur d’espoir dans la résolution de la crise

En séjour de travail durant une semaine, le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) Thomas Boni Yayi, ancien président du Bénin, a bouclé samedi sa mission de médiation dans la crise politique guinéenne sur une lueur d’espoir, selon un communiqué de presse du bureau local de la CEDEAO basé à Conakry.

Du 21 au 27 août, Thomas Boni Yayi, accompagné du représentant de la CEDEAO en Guinée Louis Blaise Aka-Brou, a rencontré toutes les autorités du pays et les acteurs politiques et sociaux.

Les séances de concertation entre l’équipe du médiateur sous-régional et les acteurs guinéens étaient axées sur la durée de la transition initialement fixée à 36 mois par la junte militaire au pouvoir.

Il a été également question durant les échanges de l’opérationnalisation d’un cadre de dialogue inclusif entre tous les acteurs guinéens, qui devrait permettre le retour à l’ordre constitutionnel, ainsi que de la situation sociopolitique du pays, avec des tensions parfois observées entre les politiques et le gouvernement de transition.

Face aux acteurs guinéens, M. Yayi a réitéré « la solidarité constante de la CEDEAO avec la Guinée et son engagement ferme à l’accompagner dans la résolution de cette crise par un accord consensuel entre toutes les parties prenantes, conformément aux dispositions de la CEDEAO ».

Avec AP Xinhua

Concertation entre le médiateur de la CEDEAO et les principaux partis politiques guinéens

Le médiateur désigné par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi, a entamé jeudi sa médiation par une rencontre d’échange avec les leaders des principaux partis politiques guinéens, a constaté un correspondant de Xinhua à Conakry.

Pendant plus de trois heures, M. Yayi et les leaders des partis politiques dont le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG, ex-parti au pouvoir), l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, deuxième force politique) et l’Union des forces républicaines (UFR, troisième force politique) ont échangé sur la durée et la conduite de la transition en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel.

Après cette rencontre à huis clos, le porte-parole des leaders politiques Kiridi Bangoura, responsable du RPG, a affirmé que la concertation s’était bien passée dans une parfaite convivialité.

Avec AP Xinhua

La CEDEAO nomme l’ancien président béninois comme médiateur pour la Guinée

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a nommé l’ancien président béninois Thomas Yayi Boni comme nouveau médiateur pour la transition en Guinée.

Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, en a fait l’annonce lors d’un point de presse tenu dimanche à l’issue de la 61e session ordinaire de l’Autorité des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO dans la capitale ghanéenne, Accra.

M. Boni remplacera le diplomate ghanéen Mohamed Ibn Chambas, qui a quitté ses fonctions de médiateur de la CEDEAO.

« M. Chambas a annoncé sa décision de démissionner volontairement de son poste de médiateur à l’autorité des chefs d’Etat lors de la session ordinaire. Les chefs d’Etat ont accepté sa décision et ont décidé de nommer Yayi Boni comme nouveau médiateur », a déclaré M. Brou.

Avec AP Xinhua

Mali : départ du médiateur de la CEDEAO sans un accord sur le calendrier de la transition

Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Goodluck Jonathan, a quitté Bamako dimanche soir après avoir eu avec le gouvernement malien 48 heures d' »intenses négociations », qui n’ont toutefois pas abouti à un consensus sur le calendrier de la transition.

Selon un communiqué publié par le gouvernement, la CEDEAO a proposé un chronogramme de 12 à 16 mois. Une proposition que la partie malienne a jugée « essentiellement électoraliste », note le communiqué, car ne prenant pas en compte « les aspirations légitimes de réformes politiques et institutionnelles exprimées par le peuple malien ».

Selon un communiqué publié par le gouvernement, la CEDEAO a proposé un chronogramme de 12 à 16 mois. Une proposition que la partie malienne a jugée « essentiellement électoraliste », note le communiqué, car ne prenant pas en compte « les aspirations légitimes de réformes politiques et institutionnelles exprimées par le peuple malien ».

Avec AP Xinhua

Guerre en Ukraine : la Chine « doit » jouer un rôle de médiateur, estime Josep Borrell

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a plaidé, dans le quotidien El Mundo, pour que la Chine joue un rôle de médiateur dans le cadre d’un éventuel règlement du conflit en Ukraine, en estimant qu' »il n’y a pas d’alternative ».

« Nous ne pouvons pas, nous, (les Européens) être les médiateurs, c’est évident. (…) Il n’y a pas de format + Normandie + possible », a-t-il expliqué dans cet entretien publié vendredi soir, en référence au cadre de discussions diplomatiques quadripartite qui a réuni depuis 2014 Russie, Ukraine, France et Allemagne et consacré au processus de paix dans l’Est de l’Ukraine.

Avec AFP

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :