L’ONU préoccupée par l’augmentation de la violence et des discours de haine dans l’est de la RDC

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, et la Conseillère spéciale des Nations Unies pour la prévention du génocide, Alice Nderitu, ont exprimé samedi leur profonde inquiétude quant aux conséquences de la récente recrudescence des hostilités entre le groupe armé du Mouvement du 23 mars (M23) et les forces armées de la République démocratique du Congo (RDC) envers la population locale dans l’est du pays.

Les deux hautes fonctionnaires ont demandé que toutes les attaques contre les civils cessent immédiatement.

Le M23 a repris les hostilités contre les troupes de la RDC en novembre 2021. Depuis lors, de multiples escarmouches ont eu lieu avec les forces armées congolaises dans la province du Nord-Kivu (nord-est). Depuis mai 2022, au moins 23 civils ont été tués et 16 blessés et de nombreux autres ont été déplacés de chez eux, peut-on lire dans un communiqué fourni par la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

Avec AP Xinhua

Plus de 18 millions de personnes subissent des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë dans la Corne de l’Afrique, selon l’ONU

Au moins 18,4 millions de personnes sont déjà confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë et de malnutrition croissante dans les trois pays de la Corne de l’Afrique, à savoir l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie, a mis en garde le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Dans sa dernière mise à jour de la situation publiée vendredi, l’OCHA a indiqué que le nombre de personnes confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë et de malnutrition croissante dans les trois pays pourrait encore augmenter pour atteindre 20 millions d’ici septembre 2022.

En Somalie, 7,1 millions de personnes sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire aiguë, dont 213.000 personnes en situation de catastrophe, et huit régions du pays sont menacées de famine d’ici septembre 2022, la région de la baie étant particulièrement préoccupante, selon l’OCHA.

Avec AP Xinhua

Somalie : l’ONU avertit contre un risque accru de famine

Une grave sécheresse expose certaines régions du centre et du sud de la Somalie à un risque accru de famine alors que l’insécurité alimentaire aiguë, la malnutrition et la mortalité s’aggravent, ont averti samedi les Nations unies et le gouvernement somalien.

Selon la classification de phase intégrée de la sécurité alimentaire publiée conjointement par le gouvernement somalien, les agences d’aide et les experts en sécurité alimentaire, la situation s’aggravera jusqu’en septembre au moins si la production agricole et animale de la saison du Gu actuelle (fin mars à juin) se révèle insuffisante, si les prix des denrées alimentaires continuent à augmenter fortement et si l’aide humanitaire n’est pas renforcée pour atteindre ceux qui en ont le plus besoin.

Les agences ont averti que la situation dans la région de Bay est particulièrement préoccupante car le seuil de malnutrition aiguë de niveau famine a été dépassé dans le district de Baidoa.

Avec AP Xinhua

Mali : mort d’un Casque bleu dans une attaque terroriste à Kidal (MINUSMA)

Un Casque bleu a succombé à ses blessures suite à l’attaque par des éléments terroristes contre un convoi logistique de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, a annoncé la MINUSMA dans un communiqué publié mercredi soir.

Le Chef de la MINUSMA, El-Ghassim Wane, a rendu hommage au Casque bleu ‘’mort au service de la paix au Mali, dans l’accomplissement de sa mission » et fermement condamné cette attaque du mercredi matin qui « participe aux efforts désespérés des groupes terroristes visant à entraver la quête de la paix au Mali et la mise en œuvre du mandat de la MINUSMA », selon le communiqué.

‘’Notre détermination à accompagner le peuple et le gouvernement maliens dans la quête de la paix et de la sécurité reste entière. Rien ne viendra l’entamer », a martelé M. Wane.

Avec AP Xinhua

Somalie : 7,7 millions personnes ont besoin d’aide humanitaire, selon l’ONU

Le nombre total de personnes ayant besoin d’aide humanitaire et de protection en Somalie est passé de 5,9 millions en 2021 à 7,7 millions, a indiqué mardi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies.

Le Bureau a expliqué que l’escalade de la sécheresse qui a ravagé plusieurs régions de la Somalie en raison de l’absence de pluies a dévasté la vie de nombreuses personnes dans le pays.

« Le nombre de personnes affectées ne cesse d’augmenter et les familles déplacées atteignent des niveaux de besoins qui mettent leur vie en danger », a indiqué l’OCHA dans son dernier rapport sur l’allocation des fonds humanitaires.

Avec AP Xinhua

L’ONU salue la levée de l’état d’urgence au Soudan

Les Nations Unies ont salué mardi la levée de l’état d’urgence au Soudan. Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a déclaré lors d’une conférence de presse régulière que cette décision « est une étape importante pour créer un environnement propice à des pourparlers directs intra-soudanais pour mettre fin à la crise politique dans le pays ».

« Nous encourageons les autorités à achever la libération des détenus politiques », a déclaré M. Dujarric, ajoutant que l’ONU exhortait les parties prenantes soudanaises à engager un dialogue constructif de bonne foi pour trouver une issue à cette crise.

Le porte-parole a également noté que le mécanisme trilatéral, composé de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS), l’Union africaine et l’Autorité intergouvernementale pour le développement, continuerait de travailler en collaboration pour aider à trouver une solution menée et dirigée par les Soudanais et un moyen de mettre fin à l’impasse politique que connaît le Soudan.

Avec AP Xinhua

Le conflit russo-ukrainien nuit aux performances de l’économie africaine, selon un responsable de l’ONU

Un responsable des Nations Unies a déclaré mardi que le conflit entre l’Ukraine et la Russie affectait négativement les performances de l’économie africaine.

Walid Badawi, représentant du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Kenya, a déclaré que la crise avait entraîné une hausse du coût des produits de base sur le continent.

« De nombreux pays d’Afrique sont des importateurs nets de denrées alimentaires et dépendent fortement des exportations de blé de la Russie et de l’Ukraine. Cette chaîne de valeur a maintenant été affectée, ce qui pourrait entraîner une augmentation de l’insécurité alimentaire », a indiqué M. Badawi à Nairobi, en marge d’un symposium de haut niveau sur la mobilisation de nouveaux investissements en faveur des Objectifs de développement durable (ODD) en Afrique.

Avec AP Xinhua

L’ONU exhorte l’Afrique à recourir aux financements privés pour atteindre les Objectifs de développement durable

Les gouvernements africains devraient recourir aux financements privés pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), a déclaré mardi un responsable des Nations Unies lors d’un forum qui s’est déroulé dans la capitale kényane Nairobi.

Selon Walid Badawi, le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Kenya, la question du financement des ODD pose un sérieux défi car le gouvernement et les autres sources de financement traditionnelles ne sont pas suffisantes.

« Les tendances récentes en matière de transfert de financement et de réduction des budgets d’aide des pays développés entraveront considérablement la capacité de l’Afrique à atteindre les ODD de 2030. Le continent doit donc puiser dans d’autres formes de financement plus importantes et plus durables du secteur privé », a-t-il déclaré lors d’un symposium de haut niveau sur la mobilisation des investissements dans les ODD pour l’Afrique.

Avec AP Xinhua

Centrafrique : l’ONU appelle à l’appui de la population en matière de sécurité

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique, Valentine Rugwabiza, a invité mercredi la population à devenir des partenaires de la sécurité.

Lors d’une conférence de presse à Bangui, la capitale, elle a appelé les habitants à soutenir l’opération conjointe lancée le 10 mai par l’armée centrafricaine et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) dans le sud du pays.

« Les partenaires de sécurité ne sont pas uniquement les forces, mais c’est aussi l’administration locale et ce sont les populations. Nous n’attendons pas des populations qu’elles soient acteurs, qu’elles s’engagent dans les parties de confrontation ou de combat », a dit Mme Rugwabiza.

Avec AP Xinhua

Le chef de l’ONU appelle le monde à passer à des systèmes énergétiques durables

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé mardi la communauté internationale à faire des efforts pour passer à des systèmes énergétiques durables.

« Nous devons passer à des systèmes énergétiques durables – partout », a lancé le chef de l’ONU dans son message vidéo adressé au Forum de l’énergie durable pour tous, organisé par le gouvernement du Rwanda.

« La dépendance aux combustibles fossiles doit prendre fin, en commençant par le charbon, d’ici à 2030 dans les pays de l’OCDE, et 2040 partout ailleurs », a ajouté le chef de l’ONU.

M. Guterres a dit que combler le fossé de l’accès à l’énergie et mettre fin à la pauvreté énergétique était crucial pour réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :