Ethiopie: 153 rebelles présumés accusés d’avoir commis un massacre ont été abattus

La force opérationnelle conjointe de sécurité et de renseignement éthiopienne a révélé samedi avoir tué 153 rebelles présumés de l’Armée de libération oromo (OLA) accusés d’avoir commis un récent massacre.

La force opérationnelle conjointe a indiqué dans un communiqué de presse que 900 autres rebelles présumés de l’OLA avaient été arrêtés dans le cadre d’une opération de sécurité d’un mois, du 14 juin au 14 juillet.

Selon le communiqué, les rebelles présumés de l’OLA tués et arrêtés étaient liés à un massacre perpétré le mois dernier contre des agriculteurs principalement d’origine amhara dans la localité rurale de Tole, dans le district de Gimbi, dans la zone Mirab Welega (Ouest Welega) dans la région d’Oromia en Ethiopie.

Avec AP Xinhua

RDC : la MONUSCO condamne une attaque menée par le M23 contre les Casques bleus

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a condamné mercredi une nouvelle attaque menée par les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) contre les Casques bleus dans le nord-est du pays.

Dans un communiqué, la MONUSCO a condamné une nouvelle attaque perpétrée mardi par les rebelles du M23 contre une position des Casques bleus à Shangi, en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu (nord-est). Trois Casques bleus ont été blessés et évacués à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, a précisé la MONUSCO, soulignant également son soutien aux Forces armées de la RDC (FARDC) contre les rebelles.

Depuis un mois, des combats s’intensifient entre les forces armées de la RDC et les rebelles du M23 au Nord-Kivu. En fin mai, le gouvernement de la RDC a décidé de classifier le M23 comme « mouvement terroriste ». Ce lundi, les combats ont repris tôt dans la matinée en territoire de Rutshuru.

Avec AP Xinhua

RDC : reprise des combats entre l’armée et les rebelles du M23 au nord-est du pays (armée)

Les combats ont repris tôt dans la matinée de lundi entre l’armée et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) en territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a confirmé lundi un porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC).

Les FARDC se sont réveillées sous les feux de l’ennemi du M23 et de ses alliés lundi dans la zone d’Ishangi. A l’heure actuelle, la colline de Muhati dans le territoire de Rutshuru vient de passer sous contrôle des FARDC, a déclaré le colonel Ndjike Kaiko, porte-parole des FARDC basées à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.

De son côté, Bertrand Bisimwa, l’un des responsables du M23, a déclaré sur son compte Twitter que les FARDC avaient attaqué la position du mouvement dans un esprit de saboter les recommandations du Conseil de sécurité de l’ONU, ce dernier demandant la reprise du dialogue de Nairobi, une négociation regroupant les autorités congolaises et plusieurs groupes armés pour trouver une solution pacifique.

Avec AP Xinhua

L’UA condamne les attaques de rebelles contre l’armée de RDC et les soldats de la paix de l’ONU

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a condamné mardi soir les récentes attaques perpétrées par des rebelles contre l’armée de la République démocratique du Congo (RDC) et les soldats de la paix de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Dans un communiqué de presse, M. Mahamat s’est dit consterné par les attaques des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) contre l’armée congolaise et les soldats de la paix de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu (est), qui ont entraîné de grands déplacements de population et une situation d’urgence humanitaire.

« Le président de la Commission de l’UA se joint aux autorités congolaises et à la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU et cheffe de la MONUSCO pour fermement condamner ces attaques et présenter ses condoléances aux familles des victimes », selon le communiqué.

Avec AP Xinhua

RDC : l’ONU condamne les attaques du M23 contre l’armée congolaise et la MONUSCO

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), Bintou Keita, a condamné dimanche soir les attaques du Mouvement du 23 mars (M23) contre l’armée congolaise et la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) dans le nord-est du pays dimanche matin.

Dans un communiqué, Mme Keita, également cheffe de la MONUSCO, a accusé les rebelles du M23 d’avoir délibérément ciblé les casques bleus de la MONUSCO en position dans la zone de Shangi, de la province du Nord-Kivu, quelques heures après avoir attaqué les positions des forces armées de la RDC (FARDC).

« Une opération conjointe FARDC-MONUSCO a ensuite été lancée pour libérer la zone des combattants M23, avec pour objectif prioritaire la protection des civils et dans le respect de la politique de diligence sur la prévention des violations des droits de l’homme », a souligné la cheffe de la MONUSCO.

Avec AP Xinhua

Ethiopie : 233 rebelles présumés déposent les armes (armée)

Un total de 233 rebelles présumés de l’Armée de libération oromo (OLA) se sont rendus au cours des derniers jours, a déclaré dimanche l’armée éthiopienne.

Dans un communiqué de presse, les Forces éthiopiennes de défense nationale (ENDF) ont indiqué que cinq autres rebelles présumés de l’OLA avaient été capturés et 44 autres neutralisés lors de récentes opérations dans la zone de Shoa du Nord de l’Etat régional d’Oromia.

Les ENDF travaillent avec les aînés locaux afin de persuader les rebelles restants de l’OLA de déposer les armes, selon le communiqué.

Avec AP Xinhua

Le président de la RDC aura un dialogue consultatif avec les rebelles à Nairobi

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Félix Tshisekedi présidera vendredi à Nairobi, capitale du Kenya, un dialogue consultatif avec les représentants de groupes armés locaux en RDC, a confirmé jeudi soir la présidence congolaise.

Cette décision a été prise lors d’un mini-sommet de la paix, qui a réuni jeudi à Nairobi plusieurs chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CEA), selon la présidence congolaise, précisant que le président kenyan Uhuru Kenyatta fournira le soutien logistique pour les consultations de vendredi.

M. Kenyatta a présidé jeudi le mini-sommet de la paix avec les présidents Felix Tshisekedi de la RDC, Yoweri Museveni de l’Ouganda, et Evariste Ndayishimiye du Burundi, portant sur l’insécurité dans la région, en particulier dans l’est de la RDC.

Avec AP Xinhua

Ethiopie : 247 rebelles présumés se sont rendus dans l’ouest du pays

247 rebelles présumés se sont rendus ces derniers jours dans l’Etat régional de Benishangul-Gumuz, dans l’ouest de l’Ethiopie, ont annoncé vendredi les autorités locales.

Le bureau des affaires de communication de l’Etat a déclaré dans un communiqué de presse que le groupe comprenait 57 rebelles présumés qui portaient des armes à feu sur eux lors de leur reddition.

Ils sont membres d’un groupe rebelle interdit, le Mouvement démocratique populaire-Benishangul, selon le communiqué.

« Les forces de sécurité ont également réussi ces derniers jours à réhabiliter 9.000 civils qui s’étaient enfuis vers les forêts voisines pour échapper à l’insécurité », ajoute le communiqué.

Avec AP Xinhua

RDC : au moins 21 morts dans une attaque armée dans le nord-est du pays

Au moins 21 personnes ont été tuées et plusieurs maisons incendiées lundi matin lors d’une attaque menée par des rebelles présumés des Forces démocratiques alliées (ADF) dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon des sources sécuritaires sur place.

D’après les sources sécuritaires locales, qui ont confirmé l’information à Xinhua, cette tragédie est survenue dans le village de Mangusu, en territoire d’Irumu de la province de l’Ituri.

Des centaines de personnes dont des femmes et des enfants, fuyant les combats en cours, se dirigent actuellement vers la ville de Bunia, chef-lieu de la province, pour se mettre à l’abri des exactions des rebelles, à en croire des sources administratives jointes sur place.

Avec AP Xinhua

Sénégal: plusieurs rebelles du MFDC tués et leurs bases démantelées

L’Armée sénégalaise a annoncé, dans un communiqué publié mercredi, avoir « totalement détruit ou occupé » plusieurs bases du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) de la faction du chef rebelle Salif Sadio dont beaucoup de ses éléments « ont été tués ».

Le communiqué signé de la Direction de l’information et des relations publiques des Armées (Dirpa) dont Xinhua a obtenu copie, précise qu’à la date du 22 mars, « les bases rebelles de Bakingaye, Djilanfalé, Guikess, Katama, Katinoro, Karounor, Tampindo/Kanfounda et Younor ont totalement été détruites ou occupées ».

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :