Burkina Faso : 28 terroristes neutralisés dans l’Est et le Sahel (Armée)

L’armée burkinabè a affirmé lundi avoir neutralisé 28 terroristes dans une série d’opérations contre des groupes terroristes dans les régions de l’Est et du Sahel au Burkina Faso.

Dimanche dernier, les Forces spéciales, appuyées par l’Armée de l’air, ont lancé un assaut sur une importante base terroriste située près de la localité de Soam, dans la province du Gourma (est). La base a été complètement détruite et au moins dix terroristes ont été neutralisés, selon l’armée.

Toujours selon l’armée, le même jour, le détachement militaire de Sebba a conduit une contre-offensive près de la localité de Helga, dans la province du Yagha, au Sahel.

« Au cours de l’opération qui a permis de démanteler deux bases et un plot logistique terroriste, les unités ont été accrochées par des terroristes à plusieurs reprises. Des combats au cours desquels un de nos soldat a malheureusement perdu la vie », a expliqué l’armée, qui a précisé qu' »au moins 18 terroristes avaient été abattus ».

Avec AP Xinhua

Niger : près de 900 écoles forcées de fermer en raison de l’insécurité (UNICEF)

Au Niger, 890 établissements d’enseignement primaire et secondaire sur un total de 22.997 dans le pays ont été forcés de fermer à cause notamment de l’insécurité, affectant 72.000 élèves dont 38.194 filles, selon le rapport de ce mois d’août publié par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Plus de 2.430 enseignants sont touchés par cette situation.

Selon la même source, la région de Tillabéry (ouest du pays), située dans la zone dite « des trois frontières » (Niger-Mali-Burkina Faso), est la plus affectée avec 817 écoles fermées, touchant 71.936 enfants.

Les autres régions également affectées par cette crise sont celles de Diffa (extrême sud-est), avec 28 écoles fermées, et de Maradi (centre-sud), avec onze écoles suspendues et de Tahoua (nord-ouest), frontalière du nord malien, avec 34 établissements concernés.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : deux grands groupes terroristes opèrent dans le pays, selon le Premier ministre

Le Premier ministre burkinabè Albert Ouédraogo a déclaré mardi soir que deux grands groupes terroristes opéraient dans le pays, l’un au Sahel et l’autre plus à l’intérieur.

« Nous savons très bien qui nous attaque », a-t-il dit à la chaîne publique RTB, en parlant de « deux grands groupes qui nous attaquent », sans donner de nom. « Il y a un groupe qui est très actif dans le Sahel et un autre qui est actif un peu à l’intérieur du pays, donc au Sahel, au Nord, au Centre-Nord, à l’Est, dans les Cascades, dans le Centre-Sud, etc. ».

M. Ouédraogo a expliqué qu’au début de la menace terroriste, les groupes étaient constitués essentiellement d’étrangers, mais aujourd’hui « nous savons que pour la plupart, ce sont des Burkinabè », même si très peu d’attaques sont revendiquées sur place, a-t-il noté.

Selon le chef du gouvernement, la lutte antiterroriste repose sur « deux piliers essentiels ». Le premier repose sur l’action militaire, « mais nous savons très bien que l’action militaire a ses limites », a-t-il dit expliquant que « la balle du militaire tue le terroriste, mais ça ne tue pas le terrorisme ».

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : le couvre-feu prolongé de 45 jours dans le Sahel

Le gouverneur de la région du Sahel au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Rodolphe Sorgho a annoncé, mardi dans un communiqué, la prolongation du couvre-feu de 45 jours sur toute l’étendue de la région afin de faciliter la lutte contre le terrorisme.

Pour les communes de Bani, Falangountou, Sampelga, Seytenga, Gorom-Gorom, Markoye et Sebba, le couvre-feu commence à 22h00 et prend fin à 04h00 et de 00h00 à 04h00 pour la ville de Djibo.

Pour le reste du territoire régional, excepté le chef-lieu de la région Dori, le couvre-feu est en vigueur de 19h00 à 05h00.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : deux militaires tués dans une attaque dans le Sahel

Deux militaires burkinabè ont été tués lundi matin dans une attaque contre le détachement militaire de Kelbo situé dans la province du Soum dans le Sahel burkinabè, a annoncé l’armée dans un communiqué.

Le détachement a essuyé des tirs d’obus suivis d’une tentative d’incursion lundi matin, a expliqué l’armée burkinabè dans le communiqué, précisant que « la riposte vigoureuse » des éléments du détachement avait mis en déroute les assaillants qui auraient subi de « nombreuses pertes ».

Les opérations de ratissage en cours permettront d’établir un bilan ennemi précis, selon la même source, qui déplore le décès de deux militaires au cours des combats et de neuf blessés qui ont été évacués et pris en charge par les services de santé.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : 56 terroristes « neutralisés » dans une opération conjointe avec l’armée nigérienne

Au moins 56 terroristes ont été « neutralisés » dans le Sahel burkinabè lors d’une opération conjointe menée par les armées burkinabè et nigériennes entre le 26 juin et le 10 juillet dernier, a annoncé lundi soir l’armée burkinabè dans un communiqué.

Au cours de cette opération baptisée Koural, les forces armées des deux pays voisins ont mené un assaut sur une base terroriste à quelques kilomètres de Seytenga dans le Sahel burkinabè et qui a permis de « neutraliser » 15 terroristes.

Un autre assaut a permis de « neutraliser » 19 terroristes de plus à Solhan et 22 autres aux environs de Sebba.

Quatre soldats ont par ailleurs été blessés à cette occasion.

« Grâce aux actions offensives et au renforcement du dispositif sécuritaire, la vie a repris à Solhan et on assiste à un retour progressif des populations », a indiqué l’armée burkinabè.

Avec AP Xinhua

L’UA exprime ses profondes inquiétudes face à la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans la région du Sahel

L’Union africaine (UA) a exprimé samedi ses profondes inquiétudes face à la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire dans la région du Sahel.

La déclaration a été faite par le Conseil de paix et de sécurité du bloc panafricain dans un communiqué publié samedi à l’issue de sa récente réunion sur la situation au Sahel.

Selon le communiqué, le conseil « exprime sa profonde préoccupation face à la détérioration rapide de la situation sécuritaire, politique et humanitaire dans la région du Sahel, en particulier la poursuite des attentats terroristes et l’augmentation du nombre de morts, ainsi que les défis socio-économiques qui continuent d’affecter le la paix, la stabilité et le développement de la région ».

Il a aussi réitéré la profonde préoccupation de l’UA face à l’expansion de la menace terroriste de la région du Sahel vers les pays du golfe de Guinée, associée aux liens qui se renforcent mutuellement entre le terrorisme et les changements de gouvernement anti-constitutionnels. Le conseil a encore mis en garde contre les défis socio-économiques multidimensionnels qui prévalent tels que les tensions communautaires, le sous-développement, l’impact du changement climatique et la crise humanitaire aggravés par la pandémie de Covid-19.

Avec AP Xinhua

Mauritanie : l’OTAN veut intensifier ses relations avec Nouakchott

Le secrétaire général adjoint délégué pour les Affaires politiques et la politique de sécurité de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Javier Colomina, en visite en Mauritanie, a annoncé mardi soir à Nouakchott l’engagement de l’OTAN à intensifier ses relations avec la Mauritanie, « un pays pivot de la région (du Sahel) ».

« La Mauritanie est un acteur clé en Afrique du Nord et au Sahel. A ce titre, elle devient un interlocuteur incontournable sur les questions de sécurité », a indiqué M. Colomina, précisant que la coopération seraient notamment renforcée dans les domaines tels que « la gestion des crises, la lutte contre l’extrémisme, la formation militaire et le stockage sûr des munitions ».

L’objectif des deux parties est « d’assurer un environnement sûr et stable » au Sahel, une région marquée par une « situation d’insécurité et d’instabilité politique », a-t-il expliqué.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : une douzaine de terroristes « neutralisés » dans le Sahel, dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko

Une douzaine de terroristes dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko, responsable de plusieurs embuscades et attaques meurtrières au Burkina Faso, ont été « neutralisés » par l’armée burkinabè jeudi dernier dans des frappes aériennes sur la localité de Tongomayel, dans la province du Soum dans le Sahel, a rapporté lundi l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Selon l’agence, l’armée burkinabè a pilonné le 26 mai un groupe terroriste qui s’apprêtait à attaquer, sur l’axe Bourzanga-Namsiguia, un convoi qui venait de ravitailler la ville de Djibo.

« Douze terroristes ont été tués dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko », a précisé l’AIB, citant l’armée burkinabè.

L’AIB a rappelé qu’en juin 2021, le leader terroriste avait quitté les rangs de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) pour rejoindre le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : onze personnes tuées dans des attaques dans le Sahel

Onze personnes dont trois volontaires pour la défense de la patrie (VDP, les supplétifs de l’armée) ont été tuées dimanche dans des attaques contre deux villages dans le Sahel burkinabè, selon un communiqué du gouvernement de la région.

Dimanche, les villages de Tiékaledji et de Demniol dans le département de Gorgadji (province du Séno) ont fait l’objet d’attaques terroristes par des individus armés non identifiés, indique le communiqué.

Selon la même source, les forces de défense et de sécurité avec l’appui des VDP poursuivent une opération de ratissage dans la zone.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :