Burkina Faso : 28 terroristes neutralisés dans l’Est et le Sahel (Armée)

L’armée burkinabè a affirmé lundi avoir neutralisé 28 terroristes dans une série d’opérations contre des groupes terroristes dans les régions de l’Est et du Sahel au Burkina Faso.

Dimanche dernier, les Forces spéciales, appuyées par l’Armée de l’air, ont lancé un assaut sur une importante base terroriste située près de la localité de Soam, dans la province du Gourma (est). La base a été complètement détruite et au moins dix terroristes ont été neutralisés, selon l’armée.

Toujours selon l’armée, le même jour, le détachement militaire de Sebba a conduit une contre-offensive près de la localité de Helga, dans la province du Yagha, au Sahel.

« Au cours de l’opération qui a permis de démanteler deux bases et un plot logistique terroriste, les unités ont été accrochées par des terroristes à plusieurs reprises. Des combats au cours desquels un de nos soldat a malheureusement perdu la vie », a expliqué l’armée, qui a précisé qu' »au moins 18 terroristes avaient été abattus ».

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : deux grands groupes terroristes opèrent dans le pays, selon le Premier ministre

Le Premier ministre burkinabè Albert Ouédraogo a déclaré mardi soir que deux grands groupes terroristes opéraient dans le pays, l’un au Sahel et l’autre plus à l’intérieur.

« Nous savons très bien qui nous attaque », a-t-il dit à la chaîne publique RTB, en parlant de « deux grands groupes qui nous attaquent », sans donner de nom. « Il y a un groupe qui est très actif dans le Sahel et un autre qui est actif un peu à l’intérieur du pays, donc au Sahel, au Nord, au Centre-Nord, à l’Est, dans les Cascades, dans le Centre-Sud, etc. ».

M. Ouédraogo a expliqué qu’au début de la menace terroriste, les groupes étaient constitués essentiellement d’étrangers, mais aujourd’hui « nous savons que pour la plupart, ce sont des Burkinabè », même si très peu d’attaques sont revendiquées sur place, a-t-il noté.

Selon le chef du gouvernement, la lutte antiterroriste repose sur « deux piliers essentiels ». Le premier repose sur l’action militaire, « mais nous savons très bien que l’action militaire a ses limites », a-t-il dit expliquant que « la balle du militaire tue le terroriste, mais ça ne tue pas le terrorisme ».

Avec AP Xinhua

Macky Sall appelle l’Afrique et la communauté internationale à soutenir le Mali face au terrorisme

Le président sénégalais, Macky Sall, a appelé lundi l’Afrique et la communauté internationale à soutenir le Mali dans sa lutte acharnée contre le terrorisme, au terme d’une visite officielle de quelques heures à Bamako.

Pour le président sénégalais qui s’adressait à la presse, « le Mali mérite » un tel « soutien », rendu d’autant plus nécessaire que le terrorisme « est un fléau nécessitant des réponses globales ».

Il s’agit, a-t-il précisé, d »’accompagner le Mali dans la voie d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel », conformément aux engagements pris par les autorités maliennes devant les dirigeants de la CEDEAO).

C’est la première visite de Macky Sall au Mali depuis la prise du pouvoir par le colonel Assimi Goïta le 18 août 2020. Après Bamako, il est attendu à N’Djamena (Tchad) et à Libreville (Gabon).

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : le gouvernement annonce un « vaste plan d’équipement » de l’armée

Le ministre burkinabè en charge de la Défense nationale, le général de brigade Aimé Barthélémy Simporé a déclaré vendredi à Ouagadougou, qu’un « vaste plan d’équipement » était en cours de même que la création de nouvelles unités militaires, afin d’intensifier la lutte contre le terrorisme.

S’exprimant lors d’une conférence de presse sur la situation sécuritaire du pays, M. Simporé a souligné que des actions de renforcement des capacités de l’armée étaient en cours.

En ce qui concerne les équipements militaires, il a expliqué : « Il y a un vaste plan d’équipement. Nous avons fait un travail d’évaluation. Nous avons un plan où l’ensemble des besoins capacitaires a été soumis au gouvernement. Beaucoup de commandes ont été faites et qui sont en cours d’acheminement. Bientôt ces équipements vont arriver. C’est un plan ambitieux ».

Le ministre de la Défense a également annoncé une réorganisation des unités de l’armée sur le terrain, afin de créer davantage de synergie d’action.

Avec AP Xinhua

L’Union africaine condamne l’attaque terroriste de Seytenga au Burkina Faso

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a condamné mardi soir l’attaque terroriste meurtrière dans le nord du Burkina Faso.

Il a fermement condamné dans un tweet l’attaque « inqualifiable et ignoble » de Seytenga et a présenté ses condoléances aux familles endeuillées, aux autorités et au peuple du Burkina Faso.

Le gouvernement burkinabè a indiqué mardi que le bilan de cette attaque menée par des inconnus armés le week-end dernier était passé de 50 à 79 morts. Un deuil national de 72 heures a été décrété de mardi à jeudi dans le pays.

Avec AP Xinhua

Togo : mise en place de l’état d’urgence sécuritaire dans le nord du pays après une attaque djihadiste

Le conseil des ministres a adopté lundi un projet de décret instaurant l’état d’urgence sécuritaire dans la région des Savanes, dans l’extrême nord du Togo, et ce, après une attaque djihadiste en mai dernier.

« Dans le but de créer un environnement et les conditions propices aux mesures administratives et opérationnelles nécessaires à la bonne conduite des opérations militaires, au maintien de l’ordre et de la sécurité dans cette région, le gouvernement a pris le présent décret », selon un communiqué du conseil des ministres.

Le décret « renforcera la célérité de la prise des décisions et facilitera une meilleure agilité des services publics et des forces de défense et de sécurité », ont expliqué les autorités togolaises.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : cinq soldats tués et une quarantaine de terroristes « neutralisés » dans deux attaques

Cinq membres des forces de défense et de sécurité dont un militaire et quatre gendarmes ont été tués et une quarantaine de terroristes « neutralisés » jeudi au cours de deux attaques contre un détachement de gendarmerie et une mine d’or, a annoncé l’armée burkinabè dans un communiqué.

La première attaque a eu lieu au petit matin contre le Groupe d’action rapide de surveillance et d’intervention (GARSI) de Barani basé dans la province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun (nord-ouest).

« Une vingtaine de terroristes ont été abattus tandis que trois autres ont été capturés. Au cours des combats, quatre gendarmes ont malheureusement été mortellement atteints », a indiqué l’état-major général des Armées dans un communiqué.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : une douzaine de terroristes « neutralisés » dans le Sahel, dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko

Une douzaine de terroristes dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko, responsable de plusieurs embuscades et attaques meurtrières au Burkina Faso, ont été « neutralisés » par l’armée burkinabè jeudi dernier dans des frappes aériennes sur la localité de Tongomayel, dans la province du Soum dans le Sahel, a rapporté lundi l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Selon l’agence, l’armée burkinabè a pilonné le 26 mai un groupe terroriste qui s’apprêtait à attaquer, sur l’axe Bourzanga-Namsiguia, un convoi qui venait de ravitailler la ville de Djibo.

« Douze terroristes ont été tués dont l’influent chef Tidiane Djibrilou Dicko », a précisé l’AIB, citant l’armée burkinabè.

L’AIB a rappelé qu’en juin 2021, le leader terroriste avait quitté les rangs de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) pour rejoindre le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

Avec AP Xinhua

La RDC classe le M23 comme « mouvement terroriste »

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a décidé de classer le Mouvement du 23 mars (M23) comme « mouvement terroriste », a déclaré vendredi soir un porte-parole du gouvernement de la RDC.

Le gouvernement de la RDC considère désormais le M23 comme « mouvement terroriste » et a décidé d’exclure définitivement les représentants de cette rébellion du champ du processus de pourparlers de Nairobi, a confirmé le ministre de la Communication et des Médias et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, à l’issue d’une réunion du Conseil supérieur de la défense présidée par le président Félix Tshisekedi.

Depuis le début de cette semaine, des combats intenses opposent l’armée aux rebelles du M23 qui ont attaqué plusieurs positions de l’armée en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu.

Avec AP Xinhua

Burkina Faso : onze personnes tuées dans des attaques dans le Sahel

Onze personnes dont trois volontaires pour la défense de la patrie (VDP, les supplétifs de l’armée) ont été tuées dimanche dans des attaques contre deux villages dans le Sahel burkinabè, selon un communiqué du gouvernement de la région.

Dimanche, les villages de Tiékaledji et de Demniol dans le département de Gorgadji (province du Séno) ont fait l’objet d’attaques terroristes par des individus armés non identifiés, indique le communiqué.

Selon la même source, les forces de défense et de sécurité avec l’appui des VDP poursuivent une opération de ratissage dans la zone.

Avec AP Xinhua

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :